Sur le qui-vive

Publié le 10 Mars 2013

Hier j'ai failli zapper le passage "démaquillage avant dodo" ou comme on dit sur les blogs beauté : "ma routine soin du soir".
J'étais crevée. Pas envie de passer par la salle de bain, juste envie de me blottir sous la couette et de sombrer.

Je dis bien "j'ai failli". Parce qu'en vrai, je suis incapable d'aller me coucher sans me brosser les dents (ou alors quand je suis dans un était d'ivresse avancée, chose qui ne m'est pas arrivée depuis quelques mois). Et si j'ai le courage de me brosser les dents, je peux aussi avoir le courage de me débarbouiller.

Alors je ne sais pas si j'ai raté le passage du marchand de sable ou si Morphée m'avait oublié, toujours est-il qu'une fois allongée, plus moyen de fermer un oeil.
Ca m'est déjà arrivé, souvent. Sauf que là, c'était pas pareil.
Je me sentais étrange.

Le Ptit Loup remuait comme un dingue, il devait prendre ma vessie pour un dancefloor.
J'ai tout tenté, le bercer, chanter une chanson qu'il aime (oui il a déjà certaines préférences, ce qui est assez hallucinant), changer de position toutes les 3 minutes en grognant vu la difficulté de la tâche. Rien à faire il ne voulait pas dormir.

J'ai finalement renoncé et me suis relevée sans bruit pour ne pas perturber le sommeil de l'Homme qui partage ma vie (attention délicate totalement inutile, il a un sommeil de plomb).

2h07. Bon. Je fais quoi?
Pas de télé, non, je ne la regarde pas souvent et là je n'en ai pas envie.
Un livre? Bof. Pas envie non plus.
Un câlin avec le chat? Là c'est lui qui n'en avait pas envie. Sale bête.
Ah tiens! Il y a trois verres dans l'évier! Je vais les nettoyer!

3h13.
J'avais l'impression d'être assise devant mon bureau depuis une semaine. Je ne faisais rien.
Vraiment rien. Je ne surfais pas sur le net. Je ne feuilletais pas le catalogue Vertbaudet qui me promet des réducs de dingue, je ne buvais même pas de camomille.

J'étais là, assise sur mon fauteuil en rotin, je regardais mon appartement, je me disais qu'il faudrait penser à le nettoyer un peu, je regardais ma bibliothèque en me disant qu'il faudrait qu'elle soit un peu plus grande, j'observais mes doigts de pieds me demandant quel vernis je leur offrirai à ma sortie de maternité, je me disais que c'était étrange cette nausée qui ne me quittait pas depuis le début de la soirée, étrange aussi cette façon qu'avait le Ptit Loup de remuer, il creusait une tranchée ou bien?

Je suis retournée me coucher, j'en avais marre d'attendre. Attendre quoi? Le sommeil?
Non, ce n'était pas ça. Je l'ai dit, je me sentais étrange. J'ai regardé l'heure une dernière fois.

4h32.
Ce n'était pas le sommeil que j'attendais. Maintenant, je sais que j'attends simplement le signal de mon fils. Le moindre petit changement, le moindre petit mouvement inhabituel me met en attente.

On est à J-12 et je suis sur le qui-vive.

Rédigé par This Girl

Publié dans #A moi

Commenter cet article