Mes ongles, ma victoire

Publié le 18 Mars 2013

Toute petite déjà mes doigts étaient ravagés.
Je me souviens des réprimandes maternelles, des conseils de grand-mère, des menaces, des tapes sur la main et du vernis au goût amer.
Ah ce vernis! Il avait un goût horrible mais il était complètement inutile.
Je m'habituais à ce goût et mes ongles continuaient à être déchirés entre mes dents.

Je n'avais pas de jolies mains, je les trouvais boudinées, rougeaudes. Et oui, les ongles dévastés ce n'est pas joli-joli. Mais voilà, je ne pouvais pas m'en empêcher. Il fallait toujours que je ronge, ronge, ronge. A force, c'est devenu une habitude, je n'y pensais même pas, je ne me rendais même pas compte de mon geste.
Il faut dire que ça ne m'a jamais dérangé d'avoir de sales mains. Je ne portais pas de bague, je trouvais que ça ne m'allait pas. J'arrivais toujours à cacher ce travers en repliant mes doigts dans ma paume quand un regard devenait trop insistant.
Mais ça ne me dérangeait pas.

Jusqu'à il y a deux ans.

L'Homme qui partage ma vie me caresse souvent les mains, il les trouve douces (c'est déjà ça!). Mais il les regarde beaucoup aussi. Et j'ai commencé à avoir honte de mes doigts, de ces ongles trop courts, beaucoup trop courts et abimés pour être dignes d'un regard amoureux.
Alors j'ai décidé d'arrêter. Et je l'ai fait!
A cette époque j'étais stressée, j'enchainais les entretiens d'embauche et autres tests d'aptitude.
Deux jours après avoir pris cette décision, j'ai signé un contrat de travail. Et ça m'a aidé. Brutalement, un rayon de soleil se frayait un chemin dans ma petite vie. Fini les soucis financiers, à moi les projets!

J'ai tenu deux mois. Deux mois pendant lesquels mes ongles étaient cassants, mous mais indéniablement plus jolis. Au bout de deux mois le stress est revenu. Je ne vais pas m'épancher sur ce sujet mais la cause en est le travail qui est vite devenu un calvaire, un stress permanent qui n'a pas seulement affecté mes ongles mais tout mon corps.

C'était reparti. Je n'avais plus d'espoir, je me sentais incapable d'arrêter et je me trompais.

Ca fait un an et un mois que c'est fini. En un an et un mois, j'ai eu deux rechutes, toutes deux liées à un stress important. Mais deux rechutes qui n'ont duré que le temps d'un rongement et un seul. Parce que le plus dur quand on reprend c'est d'arrêter de suite, ne pas se dire "pour maintenant je peux bien continuer encore un peu...".

Mais comment j'ai fait pour réussir à tenir? Simple.
Je venais de trouver un nouvel emploi qui me convenait mieux et où je ne subissais aucune pression ni aucun harcèlement, je venais d'adopter La Patte, je venais de réussir à convaincre l'Homme qui partage ma vie de déménager dans un endroit qui n'appartiendrait qu'à nous. Tout ça, ça aide à se sentir bien.
Et avec mon tout premier salaire versé par ma toute nouvelle entreprise, j'ai fait du shopping.
Pour mes ongles. Uniquement pour mes ongles.
J'ai fait chauffer la carte bleue en soins et vernis. Et franchement au vu de la somme indiquée sur le ticket de caisse, je ne pouvais pas replonger, il fallait que mon investissement soit réussi.

Après quelques mois de soin et uniquement de soin (pas de vernis non), mes ongles vont bien mieux! Ils ne sont pas encore parfaits, ils ont encore tendance à se casser, sont encore un peu striés mais il y a une nette amélioration.
Aujourd'hui l'Homme qui partage ma vie me dit "Elles sont douces tes mains et elles sont belles". Et ça c'est une victoire! Parce que finalement quand je les regarde je me dis qu'elles ne sont pas boudinées ni rougeaudes, qu'en fait c'était juste les ongles rongés qui donnaient cette impression.

Vernis Muchi Muchi, Essie.

Vernis Muchi Muchi, Essie.

Et puis, finalement, les bagues me vont bien!

Et puis, finalement, les bagues me vont bien!

Rédigé par This Girl

Publié dans #A moi

Commenter cet article